Label

Toutes les versions de cet article :

| òc | fr |
Accueil du site > Blog > Une méthodologie du développement rural

Une méthodologie du développement rural

Le bilan 2015 présenté par la municipalité de Condat-sur-Vézère (en Dordogne), s’il énumère les nombreuses difficultés des petites communes rurales, permet surtout de connaître une nouvelle méthodologie du développement durable, élaborée en 2006 par l’association "Notre Village".

Cette structure, dont le siège est en Corrèze (à Meyssac) et qui se déploie essentiellement en Occitanie, lutte contre la désertification du monde rural depuis 2006. Elle considère que nos villages sont désormais des terres d’avenir sur lesquelles il est important de maintenir la vie, de préserver le cadre de vie et de sauvegarder la qualité de vie, conditions de plus en plus recherchées par les citadins (soit 80% de la population). Alors que les nouvelles techniques de communication ont démontré que les communes rurales sont des espaces de convivialité, de solidarité, de liberté, d’initiative et d’accueil, encore faut-il pouvoir compter sur un modèle d’actions. Le programme de "Notre Village" repose sur l’environnement, l’économie et le social. Il propose de lutter pour la protection de l’atmosphère, de préserver les milieux et les ressources, de favoriser l’épanouissement des habitants, de participer à la solidarité entre territoires et entre générations et de pratiquer des modes de production et de consommation responsables. Grâce à des outils adaptés aux collectivités rurales, une véritable stratégie d’amélioration continue est mise en place par l’organisation du pilotage du projet avec la population et les acteurs locaux. Avec 165 sites labellisés "Notre Village Terre d’Avenir" fin 2015, ce réseau a fortement contribué à la valorisation des atouts et des réussites à la campagne, aux échanges d’expériences entre élus et responsables ruraux, à l’aide à l’accueil et à l’installation d’artisans et de professions libérales et à la mise en place d’une veille législative afin d’intervenir sur les décisions.

La transition énergétique, notamment par la production décentralisée d’énergie qu’elle implique et les circuits courts qu’elle valorise, promet la création de nombreux emplois qualifiés, locaux et non délocalisables. Quant à la préservation de la biodiversité, elle favorise le tourisme vert et la diversité de l’élevage qui animent les spécificités agricoles des territoires, leurs terroirs et donc leur identité.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Répondre à cet article

SPIP |  | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Le label est un service de l'IEO et de l'Ofici per l'Occitan, visitez les autres sites ci-dessus pour d'autres services.